Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind

Fiche technique
Nom originalJoJo no Kimyô na Bôken Dai Go Bu Joruno Jobâana [Ôgon naru Isan]
(第5部 ジョルノベビーノ・ ジョバァーナ【黄金なる遺産】)
OrigineJapon
Année de production2018-2019
ProductionDavid Production, Inc.
Nombre d'épisodes39
Auteur mangaHirohiko Araki
RéalisationYasuhiro Kimura, Hideya Takahashi
Réalisateur en chefNaokatsu Tsuda
ScénariiYasuko Kobayashi, Shôgo Yasukawa, Kazuyuki Fudeyasu, Shin'Ichi Inotsume, Naokatsu Tsuda, Akira Horiuchi
Chara-DesignTakahiro Kishida, Shun'Ichi Ishimoto (adjoint)
Superv. en chef de l'anim.Shun'Ichi Ishimoto, Haruka Tanaka
Direction artistiqueShun'Ichirô Yoshihara, Yumiko Kirimoto
Direction de l'écritureYasuko Kobayashi
Chef coloristeYûko Satô (2)
Adaptation françaiseAntoine Ledoux, Etienne Rémond, Kevin Thoraval, Alexandre Touchet
Direction de doublageAlan Aubert
Gén. VO interpreté parCoda (OP 1), Daisuke Hasegawa (OP 2), Jodeci (ED 1), Enigma (ED 2)
 
» Staff étendu
Diffusions
1ère diff. streaming5 octobre 2018 (Crunchyroll - en simulcast (VO))
Rediffusions4 mai 2021 (ADN - en VF)
Editions
Sortie en DVD / Blu-ray4 mai 2021 (Kaze)
Synopsis

Nous sommes en 2001, deux ans après les évènements de Diamond is Unbreakable. Koichi Hirose a été envoyé à Naples, au sud de l'Italie, par Kujo Jotaro pour prélever un échantillon de peau d'un garçon de quinze ans, Haruno Shiobana, métis italo-japonais, sans lui donner plus d'explications, si ce n'est qu'il est le mieux placé avec son Stand Echoes, pour lui faire ce prélèvement sans attirer son attention. En sortant de l'aéroport, Koichi tombe sur un étrange garçon aux cheveux blonds qui lui propose de le conduire en ville. Koichi finit par accepter pour se rendre compte que le jeune homme l'a trompé en s'enfuyant en voiture avec ses valises. Aidé de son Stand, Koichi arrête la voiture, mais son occupant ne montre aucun signe de culpabilité et s'enfuit. C'est en surprenant une conversation qu'il comprend qu'il vient de faire la rencontre de Haruno Shiobana, ou plutôt Giorno Giovana, manifestement lui aussi manieur de Stand. Qui est-il réellement ? Pourquoi Jotaro et la fondation Speedwagon s'intéressent-ils à lui ?
La suite des évènements entraînera Giorno dans une lutte pour la domination d'un clan mafieux, "la Passione". Aidé par Blono Buccellatti et ses subalternes, eux-mêmes membres de ce clan, il devra tout faire pour rencontrer et détrôner le parrain de cette organisation. Une tâche ardue, étant donné que personne ne l'a jamais vu ni ne connaît son nom.

Commentaires

Avec cette cinquième génération de Jojo's Bizarre Adventure on entre de plain-pied dans l'ère des Stand aux propriétés particulières, servant plus souvent à assister leur utilisateur qu'à combattre à proprement parler. Si ce changement était déjà bien entamé dans la "génération" précédente (mais peut-on vraiment parler de nouvelle génération quand seulement deux années séparent l'histoire de cette série de celle de la fin de Diamond is Unbreakable ?), c'est avec Golden Wind que le concept est véritablement approfondi. Ici l'intérêt repose moins sur les combats que sur la façon dont les pouvoirs des Stand peuvent mener les combattants à prendre l'avantage... ou la tangente dans le pire des cas !
Et puis l'auteur prend de toute évidence un malin plaisir à laisser planer le mystère sur les pouvoirs en question. Le spectateur doit alors tenter de comprendre ce qui se passe et quelle est la nature du pouvoir exposé par l'adversaire de la semaine. Et même quand la nature du pouvoir est dévoilée, reste le plaisir de découvrir les différentes manières dont son manieur peut l'exploiter, tout dépendant alors de son imagination et de son intelligence.

Le gros point fort de la précédente partie de JoJo's, Diamond is Unbreakable, se retrouvait dans l'environnement géographique qu'Araki avait créé de toute pièce, la ville de Morio, personnage central dans l'histoire. Dans Golden Wind, ce niveau d'exigence se retrouve dans le groupe de Blono Buccellati dont Giorno fait partie. Bien plus que dans n'importe quelle autre partie, il n'y a ici pas un héros central autour duquel se regroupent les autres. Chacun des six membres de cette faction de la Passione est travaillé de font en comble et exploité comme s'il était le seul personnage principal de l'histoire.
La version animée a parfaitement assimilé cette particularité en explorant le passé, l'origine de chacun des six combattants à des moments différents du manga, en les mettant en lumière lorsque ledit personnage se démarque dans un combat.

On dira souvent que la force principale de JoJo's Bizarre Adventure, de la saga dans son ensemble, c'est sa façon d'aborder les combats. Mais il y a un facteur qu'on oublie souvent de citer alors qu'il fait pourtant partie des atouts indéniables de l'oeuvre de Hirohiko Araki, c'est la qualité de son écriture, en particulier de ses dialogues.
A l'image des combats, ils peuvent être surréalistes, décalés ou incroyablement terre à terre, mais ils font toujours partie intégrante de l'ambiance unique d'un JoJo, ils sont aussi indispensables que les innombrables combats, aussi variés et uniques que la plupart des Stand qui composent la série. Si les pouvoirs des combattants de JoJo reflètent dans la majorité des cas la personnalité de ceux-ci, il en va de même pour les dialogues, aussi révélateurs de leur psychologie, de leurs obsessions, de leur morale, de leur intelligence. Une écriture tellement soignée que même les personnages les plus insignifiants, ceux qu'on ne verra que le temps d'un chapitre ou d'un épisode, sont facilement identifiables à leur façon de parler. Mais surtout, les dialogues révèlent souvent la véritable personnalité des personnages, et parfois celle-ci se révèle à eux-mêmes ou à leur entourage, affermissant ainsi les liens qui les unissent.
Tandis que la première moitié de Golden Wind s'est ingéniée à nous familiariser à ces personnages, notamment à travers leur passé, l'histoire se développe considérablement dans la seconde partie. Tout en sachant qu'on n'a pas affaire à des anges, il est difficile de ne pas se sentir concerné par le récit, de ne pas avoir trouvé son perso favori dans ce concentré de personnalités diverses et attachantes qu'est la bande à Blono. De même, l'esprit Shônen reste exacerbé à son paroxysme sans qu'il ne paraisse hors de propos, dans un monde pourtant adulte et noir comme peut l'être le milieu de la mafia, jamais idéalisée. Si l'adaptation animée est plutôt réussie, il faut tout de même constater quelques raccourcis pris par rapport au manga. Cela dit, ce n'est rien de vital à la compréhension de l'histoire, ça donne même un coup de fouet à la mise en scène, plus dynamique et allant droit au but.
Golden Wind est dirigée par trois directeurs, l'un des papas de la série, Naokatsu Tsuda (chef directeur présent à la réalisation depuis Phantom Blood), secondé par deux nouveaux, Hideya Takahashi (réalisateur sur "Pokémon les Origines", "Platinum End" et "Keijo!!!" entre autres) et Yasuhiro Kimura (il a réalisé "Sansha Sanyô" et très récemment "2.43 Seiin High School Boys Volleyball Team"). L'équipe est de plus partie avant la réalisation de la série en repérage en Italie pour s'imprégner de l'ambiance, ce qui explique la raison d'un décalage plus poussé entre la sortie de cette partie et la fin de la précédente*.

Déjà présent dans les deuxième et troisième séries (Stardust Crusaders et Diamond is Unbreakable), Yûgo Kanno est de nouveau présent au poste de la bande originale.
Les deux génériques d'ouverture, Fighting Gold (chanté par Coda, déjà présent dans la première série avec l'OP Bloody Stream) et Uragirimono no Requiem (interprété par Daisuke Hasegawa, également responsable de l'excellent Great Days, troisième Opening de la période Diamond is Unbreakable) ont fait l'objet d'une attention particulière par la production qui souhaitait retrouver une écriture personnalisée des Opening des deux premières séries*. Le premier est composé par Toshiyuki Omori (déjà présent sur le deuxième Opening de la première série, Bloody Stream) et écrit par Neko Oikawa (parolière du générique d'ouverture de la série Neon Genesis Evangelion). Le second est composé par Yûgo Kanno et écrit par Shoko Fujibayashi (parolière spécialiste des séries Kamen Rider).
A noter que le second Opening connaît trois versions différentes pour l'anime. La deuxième (sous-titrée Diavolo Version) est introduite avec l'épisode 34, la troisième (sous-titrée Giorno Version) apparaît dans les deux derniers épisodes (38 et 39). Comme il est de coutume dans la série depuis sa première saison, le dernier épisode rajoute quant à lui des bruitages dynamiques au générique, le rendant d'autant plus épique.
De la même manière, les deux génériques de fin mettent encore en scène des chansons internationales probablement choisies par Hirohiko Araki (comme pour celles des précédentes séries**), Freek'n You de Jodeci (1995) et Modern Crusaders du groupe Enigma (2000).

A noter que cette série a bénéficié d'un doublage français, contrairement aux trois séries précédentes. Seules les OAV avaient été doublées jusqu'ici.

Liste des épisodes
01. Golden Wind
02. Voici venir Buccellati
03. Le gangster en cage
04. Initiation
05. La fortune de Polpo !
06 Moody Jazz contre-attaque
07. Six Bullets entre en scène, Partie 1
08. Six Bullets entre en scène, Partie 2
09. Le premier ordre du parrain
10. Le gang de tueurs à gages
11. Narancia et Lil’ Bomber
12. Le deuxième ordre du parrain
13. Mirror Man et Purple Smoke
14. L’express pour Florence
15. Thankful Death, Partie 1
16. Thankful Death, Partie 2
17. Babyhead
18. Direction Venise !
19. White Ice
20. Le dernier ordre du parrain
21. Le mystère d’Emperor Crimson
22. Le G de Guts
23. Crush et Talking Mouth
24. Notorious Chase
25. Spicy Lady
26. Une petite histoire du passé ~ Mon nom est Doppio ~
27. Emperor Crimson contre Metallic
28. Sous un ciel qui menace de s’effondrer
29. Destination : Rome et le Colisée !
30. Green Tea et Sanctuary, Partie 1
31. Green Tea et Sanctuary, Partie 2
32. Green Tea et Sanctuary, Partie 3
33. Son nom est Diavolo
34. Le requiem résonne en silence, Partie 1
35. Le requiem résonne en silence, Partie 2
36. La réapparition de Diavolo
37. Le roi parmi les rois
38. Golden Wind Requiem
39. Les esclaves endormis
Auteur : Fëanor curufinwë
Sources :
https://jojo.fandom.com/wiki (images) https://www.animenewsnetwork.com/ (interview des producteurs)
https://www.animenewsnetwork.com/ (interview du réalisateur)
Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 1 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 2 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 3 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 4 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 5 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 6 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 7 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 8 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 9 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 10 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 11 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 12 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 13 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 14 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 15 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 16 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 17 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 18 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 19 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 20 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 21 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 22 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 23 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 24 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 25 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 26 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 27 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 28 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 29 Jojo's Bizarre Adventure : Golden Wind - image 30


JoJo no Kimyô na Bôken Dai Go Bu Joruno Jobâana [Ôgon naru Isan] © Hirohiko Araki / David Production, Inc.
Fiche publiée le 04 mai 2021 - Lue 1455 fois