Batman et Harley Quinn

Fiche technique
Nom originalBatman and Harley Quinn
OrigineEtats Unis
Année de production2017
ProductionWarner Bros
AnimationDR Movie
Durée74 minutes
Auteur "historique"Bob Kane, Bill Finger
RéalisationSam Liu
ProductionSam Register, Bruce Timm, Benjamin Melniker, Michael Uslan
ScénariiBruce Timm
Chara-DesignSung Hwan (Steven) Choi, William Nichols
Direction de l'animationSung-Dae Kang, Young-Gil Lee, Seung-Hoon Yoo, Jae-Ha Yu
MusiquesMichael McCuistion, Kristopher Carter, Lolita Ritmanis
Adaptation françaiseJérôme Dalotel
Direction de doublageMarc Saez
Editions
Sortie en DVD / Blu-ray30 août 2017 (Warner Home Vidéo)
Synopsis

Poison Ivy et son partenaire Jason Woodrue, alias le Floronic Man, ont attaqué les laboratoires de STAR Labs et ont pu s'emparer de ce qu'ils convoitaient. Batman et Nightwing se rendent sur les lieux et mènent leur enquête. Ils découvrent tous deux que les deux criminels ont dérobé des fichiers sur Alec Holland, un scientifique qui avait conçu une formule de bio restauration qui devait transformer les déserts en forêts. Hélas pour celui-ci, un sabotage industriel réduisit son projet à néant. Son corps fut exposé à des produits expérimentaux et il tenta en vain d'éteindre l'incendie de sa maison. Sa physionomie en fut très affectée et il devint alors la Créature du Marais. Les deux héros en déduisent que Ivy et Woodrue vont se servir de la formule de Holland pour concrétiser leur projet.

Batman se rend au siège de l'organisation ARGUS et s’entretient avec Sarge Steel, le leader de celle-ci. Steel l'informe que Harold Goldblum, un chimiste talentueux et renommé, a été récemment enlevé et qu'il avait fait entre autres des recherches sur des armes biologiques. Steel fournit en contrepartie des documents supplémentaires sur Goldblum au justicier.
De son côté, Nightwing part à la recherche de Harley Quinn, la meilleure amie et l'ancienne associée de Poison Ivy. Sachant que celle-ci s'est rangée et qu'elle est rentrée dans le droit chemin, il pense qu'il la retrouvera facilement... ce qui est exact puisqu'il découvre qu'elle travaille à présent dans un restaurant en tant que serveuse. Il tente alors de la convaincre de l'aider à localiser la planque de Poison Ivy, mais la tâche ne sera pas aisée pour le jeune homme, Harley n'étant guère coopérative.
Contre toute attente et après plusieurs heures de "négociation", l'ex-criminelle accepte de collaborer avec Batman et Nightwing.

On apprend plus tard le véritable objectif de Poison Ivy et Floronic Man: révoltés par le fait que l'humanité pollue et ravage la nature et l'environnement, ils décident d’employer la formule de Alec Holland afin de transformer tous les humains en créatures végétales afin qu’ils ne nuisent plus à la flore mondiale. Nos héros et la pétulante Harley Quinn pourront-ils contrecarrer ce sombre dessein ?

Commentaires

Le personnage de Harley Quinn fut crée par le scénariste Paul Dini pour Batman la série animée. Il a puisé sa source d'inspiration dans un épisode du soap Des Jours et des Vies où l'actrice Arleen Sorkin interprétait le personnage de Calliope Jones et en particulier d'une scène de rêve où elle était vêtue d'un costume de bouffon. Paul Dini ainsi que Bruce Timm estimèrent tous les deux qu'il serait plus original que le Joker ait une "femme de main" et demandèrent à Arleen Sorkin de prêter sa voix à Harley.
À la base, Harley ne devait apparaître que dans l'épisode "Chantage à crédit" (où le Joker faisait chanter Charlie Collins, un civil innocent), cependant l'équipe tomba immédiatement sous le charme de Harley Quinn et elle devint rapidement un personnage emblématique de la série qui remporta un franc succès auprès de très nombreux fans. Les raisons pour lesquelles elle conquit le public furent nombreuses : Harley est haute en couleurs, pleine de fantaisie, drôle, très belle et complètement déjantée. La série étant résolument sombre et dramatique, l'humour décapant et loufoque dont elle faisait preuve apportait une touche de légèreté bienvenue à l'œuvre. Cela ne l'empêchait toutefois pas d'être présente dans certains épisodes les plus sombres de la série tel que "Heureux comme un Poisson dans l'eau", considéré par de nombreux fans comme le meilleur épisode avec le Joker.

En 1994, Paul Dini et Bruce Timm créèrent un comic book intitulé "Mad Love" qui narrait les origines de Harley et comment elle tomba amoureuse du Joker. Le récit devint rapidement culte et eut droit à plusieurs récompenses prestigieuses telles que le Eisner Award et le célèbre Frank Miller qualifia cette histoire comme "le meilleur comic book de Batman des années 90". Cette histoire fut plus tard adaptée très fidèlement dans l'un des derniers épisodes de la deuxième série animée de Batman, The New Batman Adventures.
Harley fut plus tard introduite dans les comics "classiques" de DC via l'histoire "Batman: No Man's Land" (un récit cross-over publié dans toutes les séries de Batman où les habitants de Gotham City tentent de survivre après un séisme ayant anéanti une grande partie de la ville).

À la fin des années 2000, la popularité de Harley, déjà très forte, explosa grâce aux jeux vidéos Batman Arkham et contribuèrent à rendre le personnage encore plus célèbre auprès du grand public. Harley Quinn eut droit ensuite à un "ravalement de façade" en 2011 lors des comics "New 52" (52 séries qui redémarrèrent au numéro 1) qui marquèrent la renaissance de DC Comics. Ses origines furent réinventées (sa peau devint blanche après que son "bien aimé" l'eut jetée dans une cuve de produits chimiques) et elle devint davantage une anti héroïne qu'une super vilaine.
Cette évolution du personnage divisa les fans : certains déplorèrent son hyper sexualisation considérant qu'elle était devenue vulgaire et reprochèrent à DC d'en faire un Deadpool au féminin (elle casse souvent le 4ème mur en s'adressant aux auteurs et aux lecteurs, ce que la version classique n'a jamais fait), d'autres apprécièrent qu'elle se soit affranchie de l'influence du Joker et estimèrent qu'elle était devenue plus indépendante.

Bruce Timm a décidé de faire un film d'animation axé sur Harley pour commémorer le 25e anniversaire du personnage. Pour concevoir l'intrigue, il s'est inspiré d'un épisode de la série animée originale intitulé "Harlequinade" où elle aida (à sa manière !) Batman à localiser le Joker pour l'empêcher de faire exploser une bombe qui raserait Gotham City. Bruce Timm se livre alors à un retour aux sources, celle-ci retrouve dès lors son costume iconique, classique et intemporel (même si la scène du bar fait un clin d’œil à son look des comics "New 52").
Bien que le film s'intitule Batman et Harley Quinn, celui-ci est bel et bien centré avant tout sur Harley Quinn, Batman et Nightwing jouant des rôles assez secondaires dans l'histoire. On sera toutefois étonné que Timm n'ait pas recruté son ami et confrère Paul Dini sur ce long métrage, étant donné qu'il est le créateur du personnage. Il ne l'a par ailleurs pas délaissé puisqu'il a écrit tous les épisodes de la série animée La Ligue des justiciers : Action où Harley est présente !
L'ambiance est résolument différente des autres long métrages tirés de l'univers de Batman la série animée : elle n'est pas très sombre mais au contraire très légère. Le générique d'ouverture donne tout de suite le ton, le style graphique y étant résolument très caricatural et cartoon. Au niveau de la réalisation technique, si le graphisme est identique à celui de The New Batman Adventures, l'animation est globalement assez basique voire saccadée, sauf dans les scènes de combat où elle s'avère beaucoup plus soignée et fluide lors de ces passages. Quant au récit, il est assez simple et bon nombre d'épisodes de la "série mère" ont des scénarios plus poussés et recherchés.
Là où le film tire son épingle du jeu, c'est au niveau de son humour quasiment omniprésent et touchant plusieurs registres : il est très décalé, il y a beaucoup de second degré, d'humour absurde et de situations farfelues. C'est un peu comme si la folie de Harley avait contaminé l'ensemble du film permettant à celle-ci de laisser libre cours à sa fantaisie. Harley nous gratifie souvent par ailleurs de répliques absurdes et de blagues ô combien absurdes et truculentes.
Il y a toutefois certains passages intimistes où elle se montre beaucoup plus sérieuse comme quand elle se confie à Nightwing en lui expliquant ses difficultés à se réinsérer dans la vie active à cause de son passé judiciaire et de son ancienne carrière criminelle. D'autres moments prouvent qu'elle est capable d'éprouver de l'empathie et de la compassion envers autrui. Ce qui fait entre autres le sel du film, c'est que Harley se montre totalement imprévisible, tantôt elle peut envisager de trahir Batman, tantôt elle peut l'aider, les deux justiciers ne sachant jamais sur quel pied danser avec elle, même si le chevalier noir fait tout pour la recadrer.
Une des bonnes idées du long métrage est le traitement de Poison Ivy qui met bien en avant son ambiguïté. Si au début, elle fait tout pour atteindre son but, elle se remet peu à peu en question sur la légitimité de son action au fil du récit. De plus, bien qu'elle refuse que Harley contrecarre son plan, elle ne souhaite pas pour autant lui faire réellement du mal et tient beaucoup à elle.

L'une des caractéristiques du long métrage est qu'il est truffé de références faites à la série animée originale : au cours de l'aventure, nous revoyons des personnages mémorables tels que le père Michael Stromwell (le frère de Arnold Stromwell ancien caïd de la pègre), les jumeaux ayant travaillé pour Double-Face, Rhino le complice costaud de Scarface, le capitaine Clown, Randa Duane la femme cyborg... De même, le temps d'une scène on entend le thème emblématique de la série animée composé par la regrettée Shirley Walker. Il y a même des clins d'œil faits à la série live avec Adam West: ainsi, un bandit se moque de Batman en faisant la danse du batusi ! De même, le temps d'une bagarre, nous revoyons les onomatopées comiques de celle-ci !
On pourra toutefois déplorer un dénouement abrupt de l'histoire tombant comme un cheveu sur la soupe, bien que la scène post-générique soit très cocasse et délirante.

Lors de sa sortie, le film animé "Batman et Harley Quinn" divisa fortement les avis des fans et bon nombre d'entre eux furent déconcertés par celui-ci.Une scène de sexe entre deux personnages suscita une certaine polémique, de même un gag scatologique fit grincer des dents plusieurs spectateurs, celui-ci semblant davantage tiré de l'univers de South Park que de Batman. Certains fans trouvèrent le film lourd et ennuyeux, tandis que d'autres au contraire considèrent ce dernier comme désopilant et rafraîchissant.
"Batman et Harley Quinn" est à voir avant tout comme un divertissement décomplexé dédié à la pétulante Harley Quinn. Il est toutefois déconseillé aux spectateurs âgés de moins de treize ans, car il y a quelques scènes violentes et beaucoup de sous entendus sexuels très explicites.

Le film a bénéficié d'un excellent doublage français ainsi que d'une adaptation française de qualité n'édulcorant aucunement la crudité des dialogues de la version originale. On saluera par ailleurs le retour de Kelvine Dumour la comédienne française d'origine de Harley Quinn qui retrouve ici son rôle emblématique et nous livre une prestation exemplaire et irréprochable. Batman et Nightwing sont quant à eux interprétés respectivement par Emmanuel Jacomy et Mathias Koslowski qui sont devenus les comédiens attitrés des deux super héros depuis le film La Ligue des Justiciers contre les Teen Titans, correspondant au changement de studio de doublage des DC Animated Movies voulu par Warner France.

Doublage
Voix françaises (Studio Deluxe Media Paris) :
Emmanuel JacomyBatman
Kelvine DumourHarley Quinn
Mathias KozlowskiNightwing
Dominique ValléePoison Ivy
Thierry WalkerJason Woodrue/Floronic Man
Bertrand DingéSteel
Saïd Amadisla Créature du Marais
Michel EliasHarold Goldblum
 
» Cast étendu
Auteur : Xanatos
Sources :
www.worldsfinestonline.com/ (images)
Batman et Harley Quinn - image 1 Batman et Harley Quinn - image 2 Batman et Harley Quinn - image 3 Batman et Harley Quinn - image 4 Batman et Harley Quinn - image 5 Batman et Harley Quinn - image 6 Batman et Harley Quinn - image 7 Batman et Harley Quinn - image 8 Batman et Harley Quinn - image 9 Batman et Harley Quinn - image 10 Batman et Harley Quinn - image 11 Batman et Harley Quinn - image 12 Batman et Harley Quinn - image 13 Batman et Harley Quinn - image 14 Batman et Harley Quinn - image 15 Batman et Harley Quinn - image 16 Batman et Harley Quinn - image 17 Batman et Harley Quinn - image 18


Batman and Harley Quinn © Bob Kane, Bill Finger / Warner Bros
Fiche publiée le 20 septembre 2017 - Dernière modification le 21 septembre 2017 - Lue 1794 fois