Villa Mon Rêve

Fiche technique
Nom originalVilla Mon Rêve
OrigineFrance
Année de production1960-1961
ProductionFilms A. Champeaux
Durée1 X 13 min
AuteurAlbert Champeaux, Pierre Watrin
RéalisationAlbert Champeaux, Pierre Watrin
ScénariiPhilippe Condroyer
AnimationM. Dathie
Direction de l'animationRaymond Petit
Direction artistiquePierre Watrin
MusiquesAntoine Duhamel
Diffusions
1ère diffusion hertzienne9 décembre 1966 (ORTF)
Rediffusions1967 (ORTF 2ème chaine)
5 octobre 1970 (ORTF 1ère chaine - La Séquence du jeune spectateur)
Synopsis

Une petite famille vivant en centre ville rêve de déménager et de se loger dans une superbe maison loin de tout... Seulement voilà ! Les finances ne sont pas au beau fixe ! Pourtant, la famille en question est appâtée par le sournois Mr Schmtz, escroc ringard de l'immobilier, qui leur propose une villa somptueuse qui correspondrait à leurs critères de recherche. Toutefois, la demeure en question s'avère être une sombre bâtisse tombant en ruines et ne valant pas un clou, et que le vilain bonhomme tente vaille que vaille de vendre à prix d'or...
Un périple semé de gags et autres déconvenues se met en place pour notre drôle d'arnaqueur, qui va tout faire pour piéger la naïve famille au cours d'une visite de la maison surréaliste, et il est bien prêt de réussir... Mais rira bien qui rira le dernier !

Commentaires

Ce petit court métrage est le deuxième réalisé par les fameux studios Champeaux et reste considéré aujourd'hui comme l'un des plus emblématiques, si ce n'est LE plus emblématique, des travaux d'Albert Champeaux.
Sous la direction artistique de son complice Pierre Watrin, Champeaux met ici en scène une histoire folle et savoureuse. Le personnage de Schmtz, arnaqueur pataud et raté, signait là ses premières aventures. On le reverra par trois fois dans l’œuvre de Champeaux ! De mauvaise foi, roublard et un peu bête, il est presque fascinant de voir que ce drôle d'individu qui pourrait être horripilant mais reste ici drôlissime, évoque Louis de Funès, qui à cette époque, n'était pourtant pas encore la star qu'il est devenue dans les années 60.
Le doublage, misant sur une espèce de monologue faisant les questions et les réponses, contribue à l'effet comique du personnage qui tombe des escaliers, fabrique des illusions d'optique pour transformer sa bicoque en somptueux manoir, ouvre puis ferme les portes quand il constate soudain ce qu'il y a derrière (comme de Funès pourra le faire face à l'officier allemand à la recherche de l'aviateur anglais dans "la Grande Vadrouille" !) et autres détails forts amusants et dignes des meilleurs cartoons. Si certains passages ne font pas très "enfantin", à l'image de la photo d'une jolie femme apparaissant au détour de la profusion de contrats de Schmtz ou encore d'un interlocuteur qui s'exclame avec drôlerie au téléphone "Qu'est-ce que c'est que cette saloperie que vous m'avez vendue !", le film n'est jamais vulgaire ou excessif.
Aussi, les gags sont nombreux et peuvent aussi bien être appréciés des enfants que des adultes, à l'instar d'un bon Tex Avery ou d'un Warner !

Primé dans de très nombreux festivals, ce dessin animé, au graphisme très connoté de son époque, restait pourtant moderne et encore en avance sur son temps. On le croirait parfois sorti d'un épisode de la Panthère rose, qui ne sera produite que quelques années plus tard pourtant...
Diffusé à l'origine en première partie des séances de cinéma, on le reverra ensuite sur l'ORTF. Sa qualité sera reconnue au point qu'il fut rediffusé lors du passage du noir et blanc à la couleur sur la deuxième chaîne de l'ORTF en 1967.

Doublage
Voix françaises :
Jacques BodoinDialogues
Auteur : Kahlone
Villa Mon Rêve - image 1 Villa Mon Rêve - image 2 Villa Mon Rêve - image 3 Villa Mon Rêve - image 4 Villa Mon Rêve - image 5 Villa Mon Rêve - image 6 Villa Mon Rêve - image 7 Villa Mon Rêve - image 8 Villa Mon Rêve - image 9 Villa Mon Rêve - image 10 Villa Mon Rêve - image 11 Villa Mon Rêve - image 12


Villa Mon Rêve © Albert Champeaux, Pierre Watrin / Films A. Champeaux
Fiche publiée le 01 janvier 2017 - Lue 1013 fois