Mobile Suit Gundam 0083 : Le Crépuscule de Zeon

Fiche technique
Nom originalKidô senshi Gundam 0083 : Zeon no zankô
(機動戰士鋼彈0083 -ジオンの残光-)
OrigineJapon
Année de production1992
ProductionSunrise, Bandai Visual
Durée120 minutes
AuteurHajime Yatate, Yoshiyuki Tomino
RéalisationTakashi Imanishi
ProductionMasuo Ueda, Minoru Takanashi
ScénariiTakashi Imanishi
AnimationYasuhiro Oshima, Yoshiaki Hatano, ...
Chara-DesignToshihiro Kawamoto
Mecha-DesignKunio Ôgawara, Shôji Kawamori, Hajime Katoki, Mika Akitaka, Yasushi Ishizu
Direction artistiqueJun'Ichi Higashi
MusiquesMitsuo Hagita
 
» Staff étendu
Editions
Sortie en DVD7 novembre 2005 (Beez)
Synopsis

Année 0083 du Calendrier Universel. Kow Uraki est un jeune pilote d'essai qui vient d’arriver sur la base fédérale de Tillingtone en Australie. C’est là-bas que se trouvent deux nouveaux prototypes de mechas : le RX-78GP01 Gundam Zephyranthes et le RX-78GP02A Gundam Physalis. Ces deux robots géants sont convoités par la Delaz Fleet, un groupe militaire mené par l’amiral Aiguille Delaz qui compte restaurer le Duché de Zeon, l’ex-ennemi de la Fédération qui a été battu il y a 3 ans de cela. L’un des militaires de la Delaz Fleet, Anabel Gatoh, réussit à s’infiltrer dans la base et à voler le Physalis sous le nez de l’ingénieure des prototypes, Nina Purpleton, mais aussi de Kow. Ce dernier rentre alors dans le Zephyranthes et se lance à la poursuite d’Anabel mais n’ayant aucune expérience dans le domaine du combat de mechas, il ne fait pas le poids. Néanmoins, à la suite de cet incident, Kow est désigné officiellement comme le pilote du Zephyranthes tandis que Nina est chargée de lui apprendre à piloter celui-ci. Entre les deux jeunes gens naît vite une relation amoureuse qui rencontrera de nombreux obstacles...
Dans le même temps, ils intègrent le vaisseau Albion et une unité de combat de la Fédération ayant pour but de récupérer le Zephyranthes. Mais ils finissent par découvrir que voler le Zephyranthes n’était que la première étape de l'Opération Stardust menée par la Delaz Fleet. En effet, le Gundam volé commence par faire feu avec son canon à ogive nucléaire sur la forteresse astéroïde de Konpei Island. Puis, il est utilisé pour faire dévier la colonie Side 7 afin qu’elle entre en collision avec la Terre et la fasse sauter ! Une nouvelle guerre universelle est sur le point de débuter...

Commentaires

Ce film est un remontage de la série de 13 OAV Mobile Suit Gundam 0083 (inédite en France), sortie au Japon de mai 1991 à septembre 1992, et qui avait obtenu un énorme succès (les deux derniers épisodes étaient n°1 des ventes de Laser Disc, devançant Terminator n°2 !) Il a été projeté au cinéma en août 1992, avant que la dernière OAV ne soit disponible en vidéo. L’histoire du film et des OAV se situe entre le laps de sept ans qui sépare la première série de Gundam de la deuxième (Zeta Gundam), ce qui permet de raconter ce qui s’est passé entre temps - du moins en partie. Ainsi, on apprend pourquoi la Fédération Terrestre a créé le corps d’élite des Titans (que l’on retrouve dès le début de Zeta Gundam) : c’est afin de combattre les partisans de Zeon et éviter une nouvelle Opération Sardust. On retrouve d’ailleurs le personnage du colonel Bask Om, commandeur des Titans (toujours dans Zeta Gundam). Quelques autres personnages de la deuxième série apparaissent le temps d’un plan furtif. Des références à la première série Gundam sont également faites puisque Konpei Island s’avère être Solomon, lieu où une importante bataille a eu lieu dans cette série, et Side 7 est l'endroit où vivait Amuro Ray, le héros de celle-ci. Enfin, le vaisseau La Vie en Rose vient des séries 2 et 3, Zeta Gundam et Gundam ZZ. Pour le néophyte qui n’a jamais vu ces séries, ces références ne sont pas gênantes puisqu’elles sont plus des clins d’œil destinées aux fans qu’autre chose.

Comme expliqué plus haut, le film est un remontage des OAV. Il a été effectué par Takashi Imanishi, co-réalisateur des épisodes 2 à 7 et unique réalisateur des épisodes 8 à 13 (il n’a pas travaillé sur le 1er épisode). Le film s’attarde bien plus sur les OAV réalisées par le seul Takashi Imanishi (compilées en 1 heure 15 minutes), au détriment de celles co-réalisées avec Mitsuko Kase (45 minutes). Il faut dire que la première partie des OAV est bien plus légère et s’attarde plus sur la psychologie des personnages, tandis que la seconde est plus sombre et comporte bien plus des combats. Or, ces combats ont une animation à couper le souffle, et sont sans nul doute les plus beaux de toute la saga Gundam. De plus, les mechas ont été (en partie) conçus par Shoji Kawamori (Macross), ce qui ne gâche rien ! Le format cinéma était donc tout à fait indiqué pour cette partie-là.
Le seul bémol c’est que la première partie été fortement compressée, si bien que seules les OAV 5 et 6 ont été à peu près conservées, les OAV 1, 2 et 7 ont quant à elles été réduites à 5 minutes, l’OAV 3 à moins d’une minute et l’OAV 4 a totalement disparu ! Du coup, certains membres de l’équipage du vaisseau Albion n’apparaissent que dans une scène ou deux, et si on n’a pas regardé les OAV avant le film, on ne sait pas qui ils sont (le lieutenant Bernard Monsha par exemple). Pire, l’introduction du vétéran South Burning ayant été zappée, on ne sait pas ce qu’il fait là ni pourquoi il est blessé. C'est d'autant plus dommage que dans le même temps les scènes des OAV 6 et 7 où l'on voit le personnage secondaire de Kelley Layzner, ex lieutenant de Zeon, ont été conservées alors qu'elles étaient loin d'être essentielles à l'histoire. Les OAV 8 à 13 ont été en revanche bien plus soignées. Hormis l’épisode 8, réduit à moins de 2 minutes, et l’épisode 11, réduit à environ 7 minutes, les épisodes n’ont été pas été trop coupés puisqu’une quinzaine de minutes de chaque a été conservée. Le personnage de Lucette Audevie (!), ingénieure et amie de Nina, a entièrement disparu sans que cela nuise au montage. La dernière OAV a été quasiment entièrement conservée, à l’exception de son épilogue qui restait donc inédit au moment de la sortie en vidéo. La fin du film est du coup différente et beaucoup moins joyeuse !

Contrairement à ce qu’on peut souvent lire sur internet, le film n’est pas constitué à 100% de scènes tirées des OAV. Ainsi, l’introduction d’environ 3 minutes (avec notamment une présentation de Nina) est inédite, de même qu’une partie de la scène finale (où l’on voit Nina s'en allant en vaisseau et Kow apercevant une lueur dans l’espace). Les fans les plus attentifs auront aussi noté deux plans inédits et assez brefs de Nina dans les parties correspondant aux OAV 3 et 7. Ces quelques moments créés pour le film sont malheureusement trop rares car il aurait fallu en avoir davantage pour assurer un montage plus cohérent. D’un autre côté, le changement brutal de ton entre les deux parties des OAV se fait moins ressentir dans ce film, de même que l’introduction d’un triangle amoureux entre Kow, Nina et Anabel, qui a souvent été critiqué parce qu'il arrivait comme un cheveu sur la soupe dans les OAV !

Auteur : Arachnée
Gundam 0083 : Le Crépuscule de Zeon - image 1 Gundam 0083 : Le Crépuscule de Zeon - image 2 Gundam 0083 : Le Crépuscule de Zeon - image 3 Gundam 0083 : Le Crépuscule de Zeon - image 4 Gundam 0083 : Le Crépuscule de Zeon - image 5 Gundam 0083 : Le Crépuscule de Zeon - image 6 Gundam 0083 : Le Crépuscule de Zeon - image 7 Gundam 0083 : Le Crépuscule de Zeon - image 8 Gundam 0083 : Le Crépuscule de Zeon - image 9 Gundam 0083 : Le Crépuscule de Zeon - image 10 Gundam 0083 : Le Crépuscule de Zeon - image 11


Kidô senshi Gundam 0083 : Zeon no zankô © Hajime Yatate, Yoshiyuki Tomino / Sunrise, Bandai Visual
Fiche publiée le 28 avril 2016 - Dernière modification le 08 juillet 2017 - Lue 2069 fois