Lamu : Film 4 - Lum the Forever

Editions
Sortie en DVD15 décembre 2003 (Dybex)
Synopsis

Ces derniers temps, une atmosphère étrange et presque angoissante flotte dans la ville où vivent Ataru (Ronny dans la VF de la série), Lum (Lamu) et tous leurs amis. Cela n’inquiète pas ces derniers outre mesure puisqu’ils se sont mis en tête de tourner... un film d’horreur ! Alors qu’ils font une pause, en organisant un banquet (!) chez Mendo, ils remarquent un cerisier gigantesque et magnifique surnommé Tarozakura. Cet arbre vieux de 300 ans est l’ange gardien de la famille Mendo. Malheureusement, il est en train de mourir de l’intérieur et ne passera probablement pas l’hiver. Il faut donc l’abattre et Mendo accepte que l’abattage soit intégré dans une scène du film. C’est Ataru qui est chargé de la tâche mais alors qu’il donne juste un coup de hache dans l’arbre, celui-ci tombe immédiatement et semble "fondre" à vue d’œil !

Dès lors, toutes sortent d’événements se produisent : les cigales font leur apparition, puis les libellules pullulent partout et enfin le froid et la neige s’abattent sur la ville... alors qu’on est pourtant en plein mois d’avril ! Comme si ça ne suffisait pas, une montagne abritant un lac géant sort de terre au beau milieu du cadre urbain ! Mais surtout Lamu elle-même change : en effet, ses pouvoirs ne fonctionnent plus, et à certains moments ses amis semblent oublier son existence ou lui porter moins d’affection. Pire, elle disparait des photos qui ont été prises avec elle ! Lorsqu’elle perd ses fameuses cornes, son cousin Ten (Moustique) comprend que quelque chose de grave se produit...

Dans le même temps, Mendo convoque Ataru et Megane chez lui pour discuter de la situation. Ils réalisent alors que ces événements ont commencé lorsqu'ils ont commencé à tourner leur film. Mendo s'étant inspiré d'une légende familiale pour écrire le scénario, il part avec ses deux compères demander des éclaircissements à son grand-père de Mendo. Celui-ci leur parle de Tarozakura dont les racines plongent à des centaines de mètre sous terre. En descendant pour aller voir cela de plus près, nos amis tombent nez à nez avec un fantôme et s’enfuient ! Mais le fantôme semble s’être réveillé et à partir de ce moment, la réalité et le rêve se mélangent. Plus tard, tout le monde constate la disparition de Lamu. Ataru et les autres arriveront-ils à la retrouver ?

Commentaires

Ce quatrième film tiré de la série Lamu est sorti au Japon un mois avant la diffusion du dernier épisode. Réalisé par Kazuo Yamazaki à qui l’on doit la seconde partie de la série et le troisième film (Remember my Love), il a la réputation d’être l’opus le plus étrange de la saga et force est de constater que ce n'est n’est pas un titre usurpé. En effet, si la première moitié du film est étrangement sérieuse (alors que la série et le manga sont connus pour leur loufoquerie !) mais facile à suivre, la deuxième est en revanche complètement décousue et la conclusion peu claire. Il semble évident que Kazuo Yamazaki a essayé de reproduire la même chose que Mamoru Oshii avec le deuxième film (Beautiful Dreamer), à savoir s'éloigner du ton du manga et de la série pour proposer un produit original à l'ambiance atypique. Néanmoins, là où Mamoru Oshii avait réussi un coup de maître, Kazuo Yamazaki n’aura pas convaincu, faute d'avoir réussi à nous faire comprendre où il voulait en venir.

Bien qu'il reprenne la même recette que Beautiful Dreamer (la confusion entre réalité et rêve), Lum the Forever est trop axé sur le côté "étrange" et malgré sa durée classique (1 heure 30), il s'avère assez ennuyeux. Sans parler d’échec (le film a quand même bien marché au Japon en termes d’entrées), il faut reconnaître que cet opus accumule les défauts plutôt que les qualités. Néanmoins, tout n’est pas mauvais, et on retrouve tout de même quelques scènes amusantes. De plus, le design est très réussi (c'est sans doute le film de la saga qui a les plus beaux dessins) car il est plus proche graphiquement de Juliette je t’aime (qui débutera peu après sa diffusion à la télévision nippone) que des premiers épisodes de Lamu qui étaient assez vieillots.

A propos de Juliette je t’aime, on notera que le personnage principal, Juliette/Kyoko, apparait en "cameo" lors de la scène où les élèves se réunissent dans le gymnase de l’école. Ce n’est pas le seul clin d’œil du film. En effet Mendo est habillé dans son rêve comme Ken de Ken le survivant, ce qui fait référence au fait que le comédien japonais qui double Mendo, Akira Kamiya, est aussi la voix de Ken ! On s’amusera de constater que Ken lui-même apparait très brièvement dans la même scène (parmi les spectateurs de l'arène). Les héroïnes de Dirty Pair/ Dan & Danny figurent aussi dans plusieurs scènes.

Auteur : Arachnée
Sources :
http://www.dvdanime.net/ (images)
Lamu : Lum the Forever - image 1 Lamu : Lum the Forever - image 2 Lamu : Lum the Forever - image 3 Lamu : Lum the Forever - image 4 Lamu : Lum the Forever - image 5 Lamu : Lum the Forever - image 6 Lamu : Lum the Forever - image 7 Lamu : Lum the Forever - image 8 Lamu : Lum the Forever - image 9 Lamu : Lum the Forever - image 10 Lamu : Lum the Forever - image 11 Lamu : Lum the Forever - image 12


Urusei Yatsura 4 - Lum The Forever © Rumiko Takahashi / Kitty, Shogakukan Inc
Fiche publiée le 22 novembre 2014 - Dernière modification le 15 janvier 2017 - Lue 2286 fois