Le Serpent Blanc  ou La Légende de Madame Pai Niang

Fiche technique
Nom originalHakuja-den (白蛇伝)
OrigineJapon
Année de production1958
ProductionTôei Company
AnimationTôei Animation
Durée1 film de 78 min
AuteurShin Uehara
RéalisationTaiji Yabushita
ProductionHiroshi Okawa
ScénariiTaiji Yabushita
AnimationAkira Daikuhara, Yasuji Mori, Yasuo Ôtsuka, Yûsaku Sakamoto, Kazuko Nakamura, Reiko Okuyama, Taku Sugiyama, Gisaburô Sugii
TextesSeiichi Yashiro, Shin Uehara
Direction artistiqueKazuhiko Okabe, Kiyoshi Hashimoto
DécorsKazuo Kusano, Kôichi Maeba
Direction photographieTakamitsu Tsukahara, Mitsuaki Ishikawa
MusiquesMasayoshi Ikeda, Chûji Kinoshita, Sô Kaburagi
Recherches historiquesYûzô Sugino
Diffusions
Arrivée en France (cinéma)30 mai 1962 / 14 avril 2004
1ère diffusion hertzienne30 décembre 1964 (ORTF 1ère chaine)
1ère diff. Cable/Sat/TNT15 octobre 2006 (CinéFamiz)
Rediffusions27 décembre 2006 (TPS Cinéfamily)
21 décembre 2008 au 02 janvier 2009 (Orange Ciné Happy)
Editions
Sortie en DVD1er Novembre 2004 (Wild Side Vidéo)
Synopsis

Inspirée d'un conte chinois intitulé "Bai Su Zhen", cette histoire nous conte l'amour impossible entre un jeune homme, Hsu Hsien, et un serpent transformé en jeune fille, Pai Niang, au temps de la Chine ancienne.
Lorsqu'il était enfant, Hsu Hsien avait acheté au marché un serpent blanc mais il dut vite se résigner à le relâcher, ses parents ne désirant pas le garder. Quelques années plus tard, Hsu Hsien rencontre une jolie princesse du nom de Pai Niang. Au fil du temps, il comprend qu'elle n'est autre que le reptile blanc de son enfance. Malgré cela, il va tomber sous son charme et tous deux vont commencer à vivre une belle histoire d'amour. Mais leur passion est incomprise par Hokaï, un bonze chasseur de fantômes, qui cherche par tous les moyens à éloigner le serpent de Hsu Hsien. Pour trouver le bonheur, ils sont aidés dans leur lutte par Hsiao Ching, la suivante de Pai Niang (qui est en réalité un poisson !) mais aussi les amis à quatre pattes du jeune homme : un panda prénommé comme la race de mammifères à laquelle il appartient, un chat portant le nom de Mimi, ainsi que d'autres animaux convertis à leur cause.

Commentaires

"Le Serpent Blanc" n'est pas seulement le premier film du studio d'animation Toei Animation (Toei Dôga à l'époque), c'est aussi le premier long-métrage d'animation japonais en couleurs (et le second long-métrage tout court). Il se place dans la continuité vis-à-vis du travail des pionniers d'avant-guerre et notamment celui de Kenzô Masaoka, fondateur du studio Nichidô-Eiga racheté en 1953 par Toei et devenu en 1956 Toei Dôga. On retrouve sur ce film les personnalités fondatrices de Nichidô, à savoir Yôichi Kotabe, Taiji Yabushita, Yasuji Mori et Akira Daikuhara. A la fin des années 50, le président de Toei, Hiroshi Ôkawa, souhaite créer des long-métrages ambitieux pouvant faire de son studio d'animation le Disney de l'Asie. Après avoir réalisé un court-métrage ("le graffiti du chaton") en 1957, Taiji Yabushita planche donc sur un premier long-métrage. Il choisit d'exploiter le cadre culturel oriental; en effet, "Le serpent blanc" est inspiré de la légende chinoise éponyme très connue en Asie, multi-adaptée en film, opéra, théâtre ou spectacle de marionnettes : c'est une histoire d'amour entre un jeune homme et une femme-serpent aux pouvoir magiques.

Avant de s'attaquer au "Serpent blanc", le réalisateur Taiji Yabushita avait une expérience assez limitée du monde de l'animation : ayant travaillé essentiellement sur des films pédagogiques, la présence sur le long-métrage des deux animateurs clés Akira Daikuhara et Yasuji Mori, les deux seuls animateurs expérimentés de la Tôei, est donc primordiale, même si les différences de personnalité décelables dans leur animation donnent parfois des variantes au sein du film (énergie et emphase chez Daikuhara, finesse et émotion chez Mori). Outre Daikuhara et Mori, on retrouve un certain Yasuo Ôtsuka : bien que simple intervalliste, il animera seul certains plans vers la fin du film, notamment les séquences sous marines.

Techniquement, c'est un tour de force pour l'époque : les séquences de foudre et de raz-de-marée sont réalistes et les mouvements des personnages sont détaillés (il n'y a pas ici d'animation "limitée", contrairement à ce qui se fera souvent dans les œuvres animées nippones à venir). Mais artistiquement le film apparaît un peu décousu. Par exemple, au beau milieu du film, les deux héros cèdent leur place aux animaux parlants. Le graphisme est peu homogène mélangeant pêle-mêle décors de peinture chinoise, héros stylisés et délicats et animaux anthropomorphes au look "cartoon". Heureusement, les dessins sont fluides et très soignés.

Malgré le poids des années, cette œuvre n'a pas perdu de sa force et l'histoire a beau être simple, elle n'en demeure pas moins captivante. Il n'est pas difficile de se laisser entraîner par une histoire d'amour compromise par les superstitions et l'intolérance, thème universel et intemporel.

Le film est sorti en 1961 dans les salle de cinéma américaines ("Saiyuki" suivit ensuite). Ce fut le tour de la France l'année suivante, sous le titre "La Légende de madame Pai Niang". Il s'agissait à l'époque du premier film d'animation nippon projeté au cinéma. La version française fut malheureusement perdue et le film fut redoublé lors de la seconde sortie en salles en 2004. Un grand travail de restauration de l'image fut réalisé pour la circonstance.

Chose étonnante, en VO, deux acteurs seulement se partagent les rôles (Mariko Miyagi et Hisaya Morishige).

Après "le serpent blanc", la Toei sortit pendant quinze ans d'autres films qui constituèrent son "âge d'or". Vous pouvez en consulter la liste ci-dessous (documents d'archives).

Doublage
Voix françaises :
Patrick DescampsNarrateur
Claire TefninPai Niang
Béatrice WegnezMimi
Philippe TasquinPanda
 
» Cast étendu
Documents d'archives

Publicités, jouets, coupures presse, ... découvrez les documents d'archives de "Le Serpent Blanc".

Auteur : Arachnée
Doublage : CodeGawain
Sources :
Animeland 100
Le Serpent Blanc - image 1 Le Serpent Blanc - image 2 Le Serpent Blanc - image 3 Le Serpent Blanc - image 4 Le Serpent Blanc - image 5 Le Serpent Blanc - image 6 Le Serpent Blanc - image 7 Le Serpent Blanc - image 8 Le Serpent Blanc - image 9 Le Serpent Blanc - image 10 Le Serpent Blanc - image 11 Le Serpent Blanc - image 12 Le Serpent Blanc - image 13 Le Serpent Blanc - image 14 Le Serpent Blanc - image 15 Le Serpent Blanc - image 16 Le Serpent Blanc - image 17


Hakuja-den © Shin Uehara / Tôei Company
Fiche publiée le 17 janvier 2010 - Dernière modification le 20 août 2017 - Lue 8539 fois